Le Festival

ET LE FESTIVAL CULTE DEVINT … CULTE !

Il existait déjà un nombre incalculable de festivals, dédiés à tel ou tel cinéma, de par nos belles provinces de France…Et tous ces genres étaient fort bien représentés… Mais curieusement personne n’avait pensé au « genre des genres » : le film culte. Quand un film n’est plus seulement juste un film mais devient une référence absolue. Qu’il crée autour de lui une chapelle d’admirateurs, de fans, qu’il traverse le temps, parlant à toutes les générations…L’oubli fut réparé l’an dernier à Trouville sur mer, lors du première édition de notre Festival International du film Culte, avec le succès que l’on sait, qui alla bien au delà de nos espérances…

 

Notre « petit festival » s’était hissé, modestement, au niveau des « grands », il était en quelque sorte devenu « culte » lui aussi ! De par la qualité et l’originalité de son « Jury Culte », sa bonhomie, sa gentillesse vis-à-vis du public, l’ambiance bon-enfant et détendue des cérémonies et des projections, la cohabitation entre stars confirmées et en devenir, entre cinéma audacieux et chef d’oeuvres inoubliables ! Tout cela n’aurait pas été possible sans le formidable coup de main de nos amis restaurateurs et hôteliers, de l’équipe de la mairie de Trouville, de l’Office du Tourisme et du soutien de la Région Normandie.

 

Dès lors, pas question d’en rester là: nous avions promis que le festival culte serait pérenne, et il le sera. Pour cette deuxième édition, l’idée de rendre hommage au Cinéma Musical (sous toutes ses formes) s’est immédiatement imposée à nous: après une année dont nous subodorions qu’elle serait fortement teintée de politique, nous nous somme dit que puisqu’ « en France tout se termine par des chansons »… il ne faudrait pas surtout déroger à cette règle une année d’élections ! Nous pressentions qu’après une saison de bagarres électorales – que nous ne pouvions imaginer si riche en coups bas et en noms d’oiseaux – tant les Trouvillais que les Trouvillais d’adoption seraient d’accord pour se réconcilier en musique, autour d’une pléiade de films culte*. Nous y voilà, enfin… 

Musique, maestro !

Karl Zéro et Daisy d’Errata, Fondateurs du FIFC

*L’expression signifiant que le film fait l’objet d’un culte et non qu’il est culte lui-même, elle ne s’accorde pas au pluriel. On écrit donc « des films culte ».